AMAP Chambéry Centre


Astuce de la semaine

L’autre jour, un amapien (Arnaud, si tu passes par là) me disait que je devrais mettre sur le blog des astuces pour utiliser le persil que Guy-Noël met dans les paniers…

Alors, à part si vous vous en servez tout de suite, je vais vous donner quelques astuces pour le conserver…

Il y a alors plusieurs méthodes.
La congélation:
– En sac de congélation:
Coupez le persil en petits morceaux et mettez-le dans un petit pot ou un sac congélation.
A force, ça se remplit et quand vous en avez besoin, vous n’avez qu’à prélever la quantité que vous souhaitez utiliser.

– Les glaçons de persil:
Coupez votre persil, mettez-le dans les compartiments d’un bac à glaçons et recouvrez d’eau. Utilisez le moins d’eau possible, juste assez pour recouvrir le persil pour pouvoir obtenir des glaçons.
Placez le bac au congélateur et décongelez un glaçon dès que vous avez besoin de persil.

Le séchage:
– A l’air libre:
Pour faire sécher du persil, mettez-le la tête en bas (comme pour les fleurs) et laissez-le à l’air libre.
Une fois sec, coupez-le en morceaux et conservez-le dans un pot en verre.

– Au micro-ondes:
Placez le persil environ 2 minutes entre 2 feuilles de papier essuie-tout au four à micro-ondes.
Une fois sec, coupez-le en morceaux et conservez-le dans un pot en verre.

Voilà, j’espère que ça vous aura aidé!!!

Lisa-Margery

Publicités


Gâteau moelleux aux pommes

Les pommes de Guy-Noël sont super bonnes à manger comme ça mais des fois, faire un petit gâteau, c’est sympa.
Alors si en plus, il est super simple et rapide à faire, faut pas s’en priver!!!

Il faut donc:
– 3 pommes environ (ça dépend un peu de leur taille)
– 100g de farine
– 100g de sucre
– 100g de beurre fondu
– 3 œufs
– 1/2 sachet de levure chimique
– 1 pincée de sel
– beurre + sucre pour le moule

Préchauffez le four th.6 (180°C).
Pelez et coupez les pommes en dés.
Dans un saladier, battez les œufs et le sucre, ajoutez le beurre fondu, la farine, la levure et le sel.
Lorsque la pâte est prête, ajoutez les morceaux de pommes et mélangez-les à la pâte.
Beurrez et sucrez un moule et déposez-y la préparation.
Enfournez pendant 30 min.

Vous allez vous demander pourquoi je mets du sucre en plus du beurre sur mon moule… Parce que ça caramélise un peu les bords et ici, on adore ça!!!
Je pense aussi qu’une des prochaines fois que je le ferai, je mettrai du beurre demi-sel…

Lisa-Margery


A vos poireaux

étant donné que le concours de trouver une chanson contenant le mot « poireau » n’est pas été remporté dimanche lors de la cueillette, les épreuves d’épluchage rapide, efficace et sans ampoule ont remporté plus de succès !

Pour le plaisir des Amapiens mardi 8 octobre, plusieurs caisses de poireaux ont été cueillis et nettoyés… Alors à vos cocotte !

DSCN9436

C’est dans cette ambiance conviviale, sous un soleil assez généreux, que la matinée s’est conclue par un pique-nique gargantuesque. La dégustation de ces bonnes saveurs a amadoué Guy-Noël qui a dévoilé les bons coins de cueillette de champignons et de chataignes où le petit groupe s’est rendu l’après-midi.

DSCN9445

Merci aux enfants petits-jardiniers de leur aide précieuse …

Les prochaines dates de cueillette collaborative seront communiqués sur le panneau d’affichage, sur le blog et/ou sur la newsletter : Venez nombreux :


Présentation

Association LAMAP

Lamap est une association collégiale déclarée en préfecture de Savoie.

Les distributions ont lieu tous les mardis entre 18h et 19h30 dans le centre ville de Chambéry.

Les produits régulièrement proposés 

  • produits maraîchers
  • œufs

Des produits ponctuellement livrés

  • poulets d’Annaig et Laurent de Saint Hilaire du Touvet (Isère)
  • jus de raisins, de pommes, cidres, compotes, huiles de tournesol de Géraldine de Saint Benoit (Ain)
  • abricots, cerises, pêches,.. et nectars et jus de Zabou (Ardèche)
  • fraises de David de Sonnaz (Savoie)
  • fruits rouges de Fanny d’Argentine (Savoie)
  • savons de Savons-Naturijo (Isère)

N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations/inscriptions
à  amap.chambery@gmail.com


Yaourts à la couverture…

Pas grand chose à voir avec nos paniers vous me direz… C’est pas faux ! Mais cette technique pour faire des yaourts est tellement pratique qu’elle mérite d’être diffusée.

Nous allons donc parler yaourt. Facile de faire des yaourts soi-même. Avec un yaourtière pour certains, au four pour d’autres, moi j’utilise la technique de la couverture. Simple et efficace, la consommation d’énergie et très réduite et le résultat fiable.

Comment faire ?

Ingrédients : 1 litre de lait entier (important), une gousse de vanille (pour les gourmands), un yaourt nature (ça marche avec quasi tous, moi j’opte pour les yaourt au lait entier de la biocoop. Pas cher et très bon, c’est une bonne base).

Matériel : Une cocotte (ou fait-tout avec un couvercle qui ferme bien) et une couverture

Dans l’ordre :

  • Faire chauffer le lait (sans le laisser déborder !) avec la gousse de vanille fendue. On peut se passer de vanille, et même de faire chauffer le lait, mais je préfère le résultat comme ça.
  • Laisser le lait refroidir (max 40°C) puis le mélanger avec un pot de yaourt
  • Mettre en pots (je fais avec ça 5 à 6 pots de confiture)
  • Faire bouillir de l’eau
  • Mettre les pots remplis (et fermés) dans la cocotte, puis remplir la cocotte d’eau chaude jusqu’en haut des pots (attention au choc de température, il ne s’agit pas de casser les pots !)
  • Fermer la cocotte, et enrouler la dans une couverture
  • Laisser 8 à 12h comme ça (dans une pièce à température ambiante)

Je fais généralement ça le soir et laisse reposer la nuit. A mon réveil les yaourts ont pris, il suffit de les mettre au frais.

Je n’ai jamais eu de problèmes de conservation, et réutilise généralement un yaourt fait (ou une moitié selon la taille du yaourt) pour en refaire. Je ne dirais pas que ça marche de façon indéfinie, mais longtemps (il arrive toujours un jour où tous les yaourts ont été mangés avant que je ne me motive…)

Voilà, pas plus compliqué, je vous laisse tester.

Tassadit

 


Sopaipillas (beignet de potiron)

Sopaipillas :

– 500g de potiron (pesé épluché)
– 500g de farine
– 3 cuillerées à soupe d’huile
– 1/2 cuillerée à café de sel
– 1 cuillerée à café de sucre
– 1 cuillerée à café de levure chimique
– huile pour friture

Préparer le potiron : enlever la peau puis couper le potiron en morceaux. Peser le potiron sans la peau !
Mettre au four à 190°C pendant une bonne heure, le temps de bien cuire le potiron.
Il doit ressortir plus sec. Si il caramélise, c’est encore mieux!!
Mettre le potiron cuit au mixeur et le réduire en purée.
Mettre la purée dans un récipient. Ajouter l’huile.
Ajouter le sel, le sucre et la levure chimique.
Mélanger puis ajouter la farine. Il faut l’ajouter progressivement jusqu’à ce que la pâte ne colle presque plus aux doigts.
Seule la qualité du potiron déterminera la quantité de farine à employer.
Laisser reposer la pâte au frais une petite heure dans un film plastique.
Sortir la pâte au bout de ce laps de temps, puis l’étaler au rouleau sur un plan de travail fariné.
Découper des formes. Les sopaipillas sont en général ronds et parfois cannelés. C’est pour cette raison que j’utilise un moule à cannelés comme emporte-pièce.
Faire un trou avec la lame d’un couteau au milieu pour coller à la tradition! Sinon, on peut oublier cette étape !
Préparer une casserole remplie d’huile prête pour une friture. Frire les sopaipillas. Ils sont cuits quand ils remontent à la surface.
Les sortir de la friture et les laisser refroidir légèrement sur un papier absorbant.
Déguster tels quels ou avec de la salade de tomates et oignons.

salade d’accompagnement:
– 500g de tomates coupées en petits dés
– 300g d’oignons coupés en tout petits dés
– 1 bouquet de coriandre
– 3 cuillerées à soupe d’huile (pas d’olive!)
– 1 cuillerée à soupe de vinaigre blanc
– piment ou tabasco
– sel

Régalez-vous bien et …. à la revoyure !

Sylvie


2 Commentaires

Tarte au potiron

Du potiron, on en a toutes les semaines en ce moment, et l’hiver n’est pas fini!

Alors on fait des soupes, des purées, des gratins… J’ai fini par tester aussi la tarte au potiron, qui a fait fureur auprès de mes coloc (c’est dire si c’est bon !).

Bref, puisqu’il faut bien que quelqu’un se lance, je vous propose ici une première recette. Très simple à faire, la tarte au potiron vous donnera peut être de nouvelles idées pour la suite. N’hésitez pas aussi à les partager !

Pour une tarte (4 belles parts) :

  • une pâte brisée (faite maison c’est bien meilleur !) : 100 g de beurre, 200 g de farine, sel, un peu d’eau
  • un morceau de potiron (ou autre courge au choix). La recette sur laquelle je me suis basée dit « 1,2 kg ou 1,3 kg environ (pesé avec la peau) ». Pour ma part je n’ai jamais pesé, j’ai simplement pris ce qu’on avait eu dans le dernier panier (1/2 pour nous), au feeling donc.
  • 2-3 oeufs (la recette initiale en contient 3, je trouve que 2 suffisent, surtout avec les gros oeufs d’Agnès)
  • 10 cl de crème fraîche épaisse,
  • fromage râpé (selon les goûts, chez nous y’a de bons amateurs de grillé…)
  • sel, poivre, noix de muscade (facultatif)

Pour la pâte brisé, rien de plus simple :  couper le beurre mou en petit morceaux et verser la farine dans le même saladier. Malaxer à la main jusqu’à ce que la farine soit complètement incorporée dans le beurre (plus de morceaux), puis ajouter 1 ou 2 cuillères à soupe d’eau froide. Continuer de malaxer pour obtenir une boule de pâte qui y ressemble (adapter un peu les proportions d’eau en fonction de la farine). Le mieux est de laisser la pâte au frais 20 à 30 min (le temps de faire le reste par exemple) avant de l’étaler. Cela dit, ça peut aussi être fait en last minute.

Découper et cuire le potiron : pour moi le plus simple reste toujours le passage par la cocotte minute (auquel cas on peut choisir de peler le potiron avant, ou de faire après, bcp plus facile !). En sortant le potiron de la cocotte, laisser les morceaux s’égoutter 10 min dans une passoire (ou presser un peu pour faire sortir le surplus d’eau !).

Récupérer ensuite la chair du potiron, l’égoutter en l’écrasant légèrement sous la fourchette. Elle doit se changer en purée.

Mélanger cette chair ramollie et égouttée avec les œufs battus en omelette, la crème fraîche, sel et poivre (je trouve le potiron souvent un peu fade, je n’hésite donc pas à mettre ce qu’il faut en sel pour relever les goûts, mais à doser selon vous !). J’aime bien ajouter aussi un peu de noix de muscade qui donne un petit plus à la tarte.

Verser le mélange sur la pâte à tarte étalée dans le moule. La pâte n’a pas vraiment besoin d’être précuite, je préfère quand même souvent commencer à la cuire 10 min avant de verser le mélange (souvent encore très humide, malgré toute l’eau sortie du potiron).

Parsemer de gruyère râpé avant d’enfourner votre tarte dans un four pré-chauffé (th6 – soit 180°C), laisser cuire environ 30 minutes.

Servir ensuite chaud, avec une salade verte ou de la mâche c’est parfait.

NB: la recette peut ensuite être déclinée, avec lardons, champignons, marrons… Voilà simplement une base, déjà relativement efficace !

Tassadit